Maurice Novarina, architecte

2007 a été l’année du centenaire de la naissance de l’architecte-urbaniste Maurice Novarina. L’occasion pour nous d’interroger son parcours et la façon dont sa production révèle les évolutions du XXe siècle. Avec le temps, une distance commence à s’opérer permettant une lecture dépassionnée et critique de cette période architecturale.

Maurice Novarina occupe une position singulière parmi les architectes de la Haute-Savoie. Son œuvre dépasse largement le cadre départemental et la qualité de ses réalisations a fondé une notoriété nationale, au-delà du cercle des professionnels de l’architecture.
Cependant, Maurice Novarina ne fait pas partie des “stars” participant à l’évolution des théories architecturales ou urbaines. Il est un praticien actif qui aborde la commande publique à la fois par les bâtiments et par les quartiers (ZUP). Il oriente le choix des maîtres d’ouvrage, enseigne dans les écoles d’architecture et fait de son cabinet un lieu de passage pour de nombreux architectes…

La question posée par le parcours de l’architecte Maurice Novarina est caractéristique de cette génération. Comment un professionnel provincial, issu d’une formation académique dispensée par l’ancienne École des Beaux-Arts, arrive-t-il à dépasser une approche régionaliste pour rejoindre le mouvement moderne ? Ses cinquante années de pratique professionnelle vécues au cours du XXe siècle sont situées au coeur des grands enjeux du moment : reconstruction, urgence du logement, rénovation urbaine, réforme liturgique, équipements publics, autoroutes…
Comprendre sa production architecturale, c’est aborder l’évolution de la société française. Dans le cadre de cet article nous retiendrons quatre thèmes : les églises, les logements, les équipements sportifs, les ouvrages d’art.

Extrait de la revue Nature & Patrimoine en Pays de Savoie, n°22, mars 2007.

Cliquez sur le bouton "télécharger" ci-dessous pour lire l'article dans son intégralité.

Vous pouvez également être intéressé(e) par...

© 2016 TOUS DROITS RÉSERVÉS CAUE74 | by