I - J

ICOMOS : voir Conseil International des Monuments et des Sites.

ICPE : voir Installation Classée pour la Protection de l'Environnement.

IFA : voir Institut français d'architecture.

IFN : voir Inventaire Forestier National.

IFREE : voir Institut de Formation et de Recherche en Education à L’Environnement.

IGH : voir Immeuble de Grande Hauteur.

IGN : voir Institut Géographique National.

Immeuble de Grande Hauteur (IGH) : un immeuble de grande hauteur ou IGH est une construction relevant, du fait de sa hauteur, de procédures spécifiques dans le domaine de la lutte contre l’incendie.
Selon l'article R122-2 du Code de la construction et de l’habitation, « constitue un immeuble de grande hauteur, [...] tout corps de bâtiment dont le plancher bas du dernier niveau est situé, par rapport au niveau du sol le plus haut utilisable pour les engins des services publics de secours et de lutte contre l'incendie :

  • à 50m pour les immeubles à usage d'habitation [...],
  • à plus de 28 mètres pour tous les autres immeubles. »

INERIS : voir Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques.

INES : voir Institut National de l'Energie Solaire.

INRA : voir Institut National de la Recherche Agronomique.

Installation Classée pour la Protection de l'Environnement (ICPE) : installation exploitée ou détenue par toute personne physique ou morale, publique ou privée, qui peut présenter des dangers ou des inconvénients soit pour :

  • la commodité du voisinage,
  • la santé,
  • la sécurité,
  • la salubrité publique,
  • l'agriculture,
  • la protection de la nature et de l'environnement,
  • la conservation des sites et des monuments.

Dans le but de minimiser les risques relatifs à ces installations, la Loi 76-663 du 19 juillet 1976 définit les procédures relatives aux ICPE. La gravité des dangers ou des inconvénients que peut présenter leur exploitation va dépendre du volume et du type d'activités pratiquées par ces installations.
Ainsi le décret du 20 mai 1953 modifié fixe la nomenclature des ICPE. Cette nomenclature définit différentes rubriques selon la nature et la dangerosité des opérations effectuées ou des produits utilisés par ces installations. Dans chaque rubrique, elle précise à partir de quel volume d'activité (ou de produit utilisé), le responsable de l'installation sera tenu se soumettre à des obligations techniques et administratives particulières.

Institut de Formation et de Recherche en Education à L’Environnement (IFREE) : structure partenariale associant étroitement l'Éducation Nationale, la DIREN, la DRAF, la DRTEFP, l'ADEME, le Conseil Régional Poitou-Charentes et les associations, l'IFREE a pour objet de favoriser la mise en place d'une plus grande implication citoyenne par l'éducation à l'environnement dans une perspective de développement durable et de promouvoir une "culture environnementale partagée" pour tous les acteurs économiques, sociaux et culturels. L'IFREE se place au service de la démocratie participative et de l'aide à la décision. L'IFREE est basé à Chizé (79). Ses champs d'activité sont les suivants :

  • l'éducation à l'environnement,
  • l'accompagnement des démarches de développement durable,
  • l'accompagnement de la création d'emplois-environnement en relation avec les territoires,
  • la mise en place de projets innovants.

Ces champs d'activité sont mis en application par le biais des missions suivantes :

  • la formation, mission première des l'IFREE : formation initiale et continue des enseignants, la formation et la sensibilisation des acteurs économiques et sociaux,
  • la recherche dans les domaines de l'éducation à l'environnement et au développement durable et aussi en accompagnement des autres missions,
  • la production qui consiste en la création, la conception et la diffusion d'outils pédagogiques,
  • la participation aux dynamiques de réseau.

Depuis 2002, l'IFREE est structure support du Pôle National de Ressources en Éducation à l'Environnement pour un Développement Durable.
Voir le site de l'IFREE

Institut Français d'Architecture (IFA) : l'IFA est tout à la fois lieu de réflexion, d'exposition et de mémoire de l'architecture du XXème et du XXIème siècle. Il est avant tout un producteur de programmes consacrés à la diffusion de la création architecturale vivante en France et à l'étranger vers un large éventail de publics.
Centre de ressources de la production architecturale contemporaine en France, il participe à son rayonnement à l'étranger. Il associe l'action pour la création contemporaine et l'expérimentation, la sensibilisation à l'environnement contemporain (villes, paysages, techniques) par des manifestations diversifiées, à la fois sur son site propre et hors les murs. L'IFA travaille également en collaboration étroite avec les partenaires économiques et les réseaux (entreprises, collectivités, associations).
Voir le site de l'IFA

Institut Géographique National (IGN) : l'IGN est un Etablissement Public de l'Etat à caractère Administratif placé sous tutelle du Ministère de l'Equipement, des Transports, de l'Aménagement du Territoire, du Tourisme et de la Mer. Sa mission de service public est décrite par décret.
Voir le site de l'IGN

Institut National de l'Energie Solaire (INES) : cet institut a pour objet de promouvoir et de développer les énergies solaires en France. C'est également un outil fédérateur de tous les acteurs de promotion et de développement des énergies solaires.
Il est organisé en 3 plates-formes indépendantes travaillant en étroite collaboration :

  • INES RDI,
  • INES éducation,
  • INES démonstration.

Voir le site de l'INES

Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques (INERIS) : créé en 1990, l’INERIS est un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial placé sous la tutelle du ministère de l’Ecologie et du Développement durable.
Sa mission : réaliser ou faire réaliser des études et des recherches permettant de prévenir les risques que les activités économiques font peser sur la santé, la sécurité des personnes et des biens ainsi que sur l’environnement, et de fournir toute prestation destinée à faciliter l’adaptation des entreprises à cet objectif.
Voir le site de l'INERIS

Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) : créé en 1946 dans le contexte de la reconstruction nationale d’après-guerre et du projet de modernisation de l'agriculture française, l’INRA a accompagné depuis les mutations du monde agricole, des filières alimentaires et des territoires avec l’objectif de répondre aux attentes exprimées par la société, notamment celle de la suffisance alimentaire de la nation.
Voir le site de l'INRA

Interreg : programme d’initiative communautaire, alimenté par le FEDER, destiné à inciter les coopérations :

  • transfrontalières (Italie pour Provence-Alpes-Côte d’Azur) pour le volet III-A,
  • transnationales pour les volets III-B : Medoc (France, Espagne, Italie, Grèce) ; Arc alpin (Suisse, Italie, Autriche, Slovénie).

Pour en savoir plus

Inventaire Forestier National (IFN) : il à été créé en 1958 pour mieux connaître les potentialités des forêts françaises. Il est chargé de l’inventaire permanent des ressources forestières nationales, indépendamment de toute question de propriété (article R 521-1 du code forestier). L’IFN est devenu établissement public à caractère administratif sous tutelle du ministre chargé des forêts en 1994.
Voir le site de l'IFN

Jardin partagé : c’est un jardin de proximité à l’initiative d’habitants qui désirent se retrouver dans un lieu convivial pour jardiner. Il est planté et entretenu par les riverains regroupés au sein d’une association. C’est un lieu ouvert sur le quartier qui favorise les rencontres entre les générations et les cultures. Dans ce jardin, respect de l’environnement et développement de la biodiversité sont de mise. Eventuellement, il permet de tisser des relations entre les différents lieux de vie de l’arrondissement : écoles, maisons de retraite, hôpitaux... Un tel jardin est confié à une association par convention pour une durée limitée (1 an renouvelable jusqu’à 5 ans). Comment mettre en place un jardin partagé ?
Les habitants souhaitant créer un jardin partagé doivent se regrouper en association. L’association contacte la cellule Main Verte de la Direction des Parcs, Jardins et Espaces Verts qui aide à la constitution du dossier. L’association, la mairie d’arrondissement et les services de la Ville de Paris se concertent pour la mise en place du projet, dans l’esprit de la charte Main Verte. Le projet est validé ou non par la Mairie, au vu de son coût, de son contenu et de sa faisabilité.
Le terrain identifié pour accueillir le projet est viabilisé et sécurisé par son propriétaire ou l’organisme mandaté pour. La Direction des Parcs, Jardins et Espaces Verts apporte la terre végétale, une arrivée d’eau ainsi qu’une clôture. Une convention est signée entre la Ville de Paris et l’association. La mairie d’arrondissement remet le terrain à l’association porteuse du projet.
L’association porteuse du projet entretient le jardin partagé et assure son animation dans l’esprit de la charte Main Verte : respect de l’environnement, ouverture régulière aux habitants et au public, au moins une manifestation exceptionnelle par an (concert, cinéma, pique nique...). La cellule Main Verte apporte des conseils et suit les activités. Elle veille, ainsi que la Mairie d’arrondissement, au respect de la charte et de la convention. La Ville de Paris a mis en place le programme Main Verte afin d’encourager, d’accompagner et de coordonner les jardins partagés existants et en projet.

© 2017 TOUS DROITS RÉSERVÉS CAUE74 | by